Publié le Laisser un commentaire

Caisse à out’s, entretien et réparation !

Après l’achat du vélo, il a fallu s’atteler aux différents accessoires de voyage à vélo. Dans l’article précédent, nous avons déjà mentionné la sonnette, les sacoches, la béquille, les pédales avec cales-pied, l’antivol et les lumières. Cette fois-ci, nous nous attarderons sur d’autres accessoires tout aussi importants que sont les outils de réparation du vélo.

Comme vous le savez, notre voyage s’est déroulé en France et en Suisse, deux pays où l’on trouve facilement des habitations, des magasins ou des ateliers pour réparer son vélo. Nous n’avions donc pas besoin de partir avec une armada d’outils. Nous avons fais le choix de n’emmener que le « strict nécessaire » permettant de faire les réparations les plus bénignes et l’entretien quotidien de nos montures. Les outils qui sont présentés dans cet article ne conviendront que partiellement pour un tour du monde à vélo. La préparation n’est pas la même si l’on se trouve dans un pays complètement désertique que si l’on traverse nos belles campagnes françaises.

Entretien du vélo

Pour l’entretien de base, il s’agit principalement de prendre soin de la chaîne de son vélo. Rappelez-vous, dans le dernier article, nous indiquions que la chaîne fait partie des « éléments consommables » d’un vélo. Elle s’use relativement vite. D’ailleurs, pour mesurer son usure, les réparateurs de vélo utilise un « mesure-chaîne » ou « contrôleur d’usure« . Il s’agit d’une simple clé que l’on positionne sur sa chaîne afin d’en mesurer la tension. Si la chaîne est complètement détendue, il faut la changer.

Contrôleur d’usure
Maillon rapide de chaîne

Pour la petite anecdote, Victor a fais son voyage avec une chaîne complètement détendue car nous avons fais la découverte de cet outil en fin de parcours seulement. Sa chaîne fonctionnait encore très bien. Il ne l’a donc toujours pas changé. Toutefois, il y a plus de risque qu’elle pète. Cette dimension est donc à la libre appréciation de chacun.e. Notre expérience nous amène quand même à affirmer que si les vitesses et plateaux passent toujours correctement et que la chaîne ne fait pas trop de bruit, ça ne rien se sert à rien de la changer. En revanche, prenez avec vous une chaîne neuve si toutefois l’autre pète. C’est d’ailleurs arrivé à un ami qui nous a rejoins sur les bords de Loire. Heureusement, il avait pris avec lui un maillon rapide de secours qui lui a tenu jusqu’à Nantes ! Si vous n’avez pas envie de trimballer une chaîne entière, prenez toutefois un petit maillon rapide un dans votre boite à outils. ça peut toujours vous éviter de devoir marcher à côté du vélo jusqu’au prochain village.

Pour entretenir votre chaîne, rien de plus simple : prenez avec vous une « brosse ferraille » ou quelque chose qui y ressemble pour pouvoir la nettoyer régulièrement (profitez en pour nettoyer vos dérailleurs aussi). Si vous avez roulé sur le sable, pensez à passer un coup de jet d’eau sur votre chaîne direct après (voire même sur le vélo tout entier) car les chaînes et les dérailleurs n’aiment pas du tout ça !

Brosse à chaîne
Lubrifiant

Pour finir, il est bien de lubrifier sa chaîne de temps en temps durant le voyage. Certains donnent pour indication tous les 100km, d’autres tous les  200km. Cela dépend un peu de chacun. On a entendu tous les discours là-dessus. Avec notre expérience, on vous dira que c’est surtout en fonction de là où vous avez roulé (terre mouillée, sable, cailloux, etc). En gros, dès que vous voyez que votre chaîne est trop sèche, n’hésitez pas à la badigeonner de lubrifiant. C’est pas top pour l’environnement mais c’est impératif pour prendre soin de sa chaîne.

Une autre partie que vous devez penser entretenir de temps en temps c’est vos roues. En effet, au bout d’un certain temps, les rayons d’une roue de vélo peuvent se détendre. Il est donc important de vérifier leur tension. En plein voyage, il est possible de retendre ceux qui sont complètement hors tension avec une petite clé spécifique (voir photo).

Toutefois, la tension de chaque rayon est normalement réglée pour que le travail de la roue se fasse de façon uniforme et réparti. C’est d’ailleurs en jouant sur cette tension que l’on peut dévoiler une roue. Son réglage n’est pas évident à faire à l’œil nu et demande pas mal d’expérience. Il est donc préférable de faire ça dans un atelier vélo en utilisant un « banc de dévoilage« .

Clé à rayon
banc de dévoilage de roue

Réparations quotidiennes

Les principales réparations que l’on peut avoir à faire lors d’un voyage à vélo concernent les chambres à air. En effet, personne n’est à l’abri d’une crevaison, même celles et ceux qui possèdent des pneus de super qualité ! Dans la majorité des crevaisons, la fuite est facile à identifier. Si vous n’arrivez pas à la trouver en gonflant la chambre à air crevée, une solution efficace consiste à la plonger dans une bassine d’eau ou dans une rivière. Vous verrez des bulles remonter à la surface là où l’air s’échappe. Pensez derrière à bien sécher votre chambre à air avant d’entamer la réparation.

Avant de définitivement jeter l’éponge et de prendre une chambre à air neuve, pensez à prendre un kit de réparation composée de : 3 démontes-pneus, une colle ultra-forte, plusieurs rustines et d’un morceau de papier ponce. Cela réduit votre consommation de chambre à air et donc votre impact sur l’environnement. Moins l’on consomme, mieux c’est pour la planète ! Durant le voyage, Victor a battu des records en allant jusqu’à 6 rustines sur une seule chambre à air. Nous avons un peu testé les bombes anti-crevaison mais on n’est pas hyper fan. C’est peut être parce qu’on ne sait pas trop les utiliser mais c’est aussi pour leur principe car c’est du temporaire. Bien sûr, n’oubliez d’emporter avec vous une mini-pompe. Elle ne vous permettra pas de régler la pression exacte dont ont besoins vos pneus mais vous permettra de le regonfler rapidement si vous en avez besoin de façon urgente.

kit de réparation de crevaison
micro-pince

Pour démonter son pneu et atteindre sa chambre à air, on oublie parfois qu’il faut d’abord démonter sa roue. Sur certains vélos, on ne retrouve pas de « papillons » permettant de démonter rapidement les roues. Il est donc parfois nécessaire d’utiliser une clé ou une pince. Ce sont des petits outils que l’on avait toujours avec nous.

Pour continuer sur la réparation, nous avions souvent quelques boulons, écrous ou vis qui disparaissaient ou qui se desserraient. C’est notamment fréquent au niveau des portes-bagages. Ils subissent pas mal de chocs. De temps en temps, il était donc pertinent de faire le tour de nos vélos avec une petite clé de 4/5, des clés allen et un petit tournevis pour vérifier que tout était bien serré. De plus, on emportait toujours avec nous quelques vis et écrous en plus au cas où il y en avait un qui s’était fait la malle sur le chemin. Sur ce point, pensez à emmener avec vous quelques serflex. Ça sert toujours !

parties plastiques de la fixation des sacoches
clé BTR ou clé allen

Pour finir, sur la majorité des sacoches de vélo, il y a des petites partie en plastiques au niveau des fixations qui peuvent s’enlever. Ces parties permettent de régler la fixation pour qu’elle soit compatible avec votre porte-bagage et que votre sacoche ne soit pas brinquebalante. Ces petits morceaux de plastiques tombent très souvent. Pour plus de confort (vis à vis du bruit), n’hésitez pas à en emporter quelques uns de rechange dans votre boite à outils.

Synthèse

Lorsque l’on est plusieurs à voyager, il est facile de mettre en commun tous ces outils et de se répartir le poids. Nous avions fais le choix de les rassembler dans une petite sacoche de cadre afin de pouvoir y avoir accès rapidement sans avoir à vider tout une sacoche.

Sacoche de cadre pour les outils

Pour résumer, avec notre petite expérience de voyage, nous pouvons te conseiller d’emporter avec toi, a minima, ces quelques outils pouvant t’être indispensables :

  • une pompe à main
  • une petite bouteille de lubrifiant ;
  • une brosse d’entretien de chaîne + chiffon usager ;
    • un kit de réparation des crevaisons : 3 démontes-pneus, une tube de colle ultra-forte, plusieurs rustines et d’un morceau de papier ponce ;
  • une chambre à air de rechange ;
  • un jeu de clé allen ou clé BTR ;
  • une petite pince ;
  • une clé à rayon ;
  • un petit tournevis ;
  • quelques vis, boulons et écrous de rechanges ;
  • en option : un maillon rapide de rechange, un dérive-chaîne, un démonte cassette, un patin de frein de rechange (si vous avez des freins à patin bien sûr).
Boite à out’s de base

Certains de ces accessoires peuvent s’acheter dans les ateliers vélos associatifs. C’est toujours mieux de faire marcher l’économie sociale et solidaire. Vous pourrez même en profiter pour demander des conseils aux adhérent.e.s !

Autre possibilité, trouver ces outils sur Leboncoin. Certains revendent directement leur caisse entière. Vous pouvez vous en tirer pour une bouchée de pain ! Sinon, n’importe quel magasin vélo ou grande surface spécialisée dans les équipements sportifs vous vendra ce type de matériel.

Et puis, on ne le dira jamais assez mais si vous avez de grosses réparations à faire, en France, vous pouvez vous arrêter dans n’importe quel atelier du réseau l’Heureux cyclage et bénéficier d’aide de la part des bénévoles ou des salarié.e.s. Prenez votre adhésion avant de partir, ça vaut le coup !

En dehors des outils, voici quelques accessoires supplémentaires qui peuvent vous servir :

  • des bidons pour stocker votre eau : les anti-plastiques vous rétorqueraient que les bidons relarguent, à la longue, pleins de micro-plastiques dans l’eau. Il n’ont pas tord. L’idéal serait d’en trouver en inox même si cela rajoute du poids. Éviter l’aluminium car cela augmente vos chances d’avoir Alzheimer plus tard. A l’inverse, les gourdes ne tiennent pas très bien sur les portes-bidons et sont moins facile à attraper pour boire en roulant. A vous de peser les pour et les contres. Dans tous les cas, préférez installer DEUX bidons sur votre vélo. Vous serez bien content d’avoir autant de réserve en période de canicule !
  • un tendeur pour votre porte-bagage arrière. Prenez-en même plusieurs, cela sert toujours. Par exemple, dès que l’on a acheté son pain pour le pique nique, c’est pratique de pouvoir l’accrocher facilement sur le porte-bagage arrière sans avoir à vider entièrement une sacoche pour lui trouver de la place.
Bidon et porte-bidon

Laisser un commentaire